Bienvenue chez fill in !

Ce premier article de blog est très personnel. Au cours des prochains mois, je vais suivre le festival de près, jeter un coup d’œil dans les coulisses, présenter l’équipe, les musiciens, les lieux et bien plus encore. Bien sûr, je vais aussi vous parler du festival et tenter des rétrospectives.

Je m’appelle Bülent Gündüz, je suis critique d’art et journaliste culturel et sans doute ce qu’on appelle un “fou de jazz”. En outre, je suis porte-parole du fill in – International Jazz Festival Saar depuis novembre 2023. J’écoute du jazz depuis ma jeunesse. La première chanson que j’ai vraiment perçue consciemment comme du jazz était “Take five” de Dave Brubeck. Je me souviens très bien qu’à l’époque, j’étais déjà sous le charme des premières mesures de la batterie, puis Brubeck est arrivé au piano comme instrument rythmique et, dès que la mélodie du saxophone a commencé, j’ai été conquis. Ce n’est pas étonnant, car non seulement la mesure 5/4 est inhabituelle, mais la chanson a tout ce qui caractérise le jazz : elle est vitale, vibrante, elle devient libre et vivante grâce aux improvisations. La musique captive immédiatement !

Je suis né en 1971 et le jazz était si différent de tout ce que nous écoutions habituellement dans les années 1980. J’ai adoré cette musique intellectuelle qui n’était pourtant jamais rigide et cérébrale. Mes héros étaient John Coltrane, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Miles Davis, Chet Baker, Ron Carter, Lee Morgan – pour ne citer que quelques-uns des musiciens qui m’ont enthousiasmé très tôt. Non seulement je collectionnais les disques, mais j’ai commencé à voyager pour assister aux grands festivals de jazz, et il fallait le faire, car pour profiter de l’atmosphère d’un festival de jazz, il fallait faire de longs voyages. J’ai été très heureux lorsque, au début des années 2000, un festival de jazz a été créé dans le petit village alsacien de La Petite-Pierre, où l’on pouvait se rendre en moins d’une heure de voiture.

Dans la région, en revanche, la situation était calme. Wendel, Sarrebruck et St. Ingbert avaient certes des festivals de jazz avec une musique de grande qualité, mais les stars mondiales du jazz ne s’y rendaient que rarement, surtout dans les premières années, et la Sarre était également contournée avec succès par les grands noms. Le festival de Sarrebruck a pris fin à la fin des années 2010 et St. Ingbert a annoncé une pause en 2019, qui dure encore aujourd’hui. Je connaissais bien sûr le batteur de jazz Oliver Strauch et j’étais également en contact avec lui via facebook. Quand j’ai appris qu’il prévoyait un nouveau festival, j’ai tout de suite été emballé. J’étais sûr qu’Oliver y parviendrait s’il pouvait assurer le financement.

Ce que j’ai vécu ensuite en juillet 2023 m’a fait retrouver le sentiment de mes débuts d’amateur de jazz : l’incroyable sensation de bonheur. C’était une expérience incomparablement géniale. L’ambiance dans le jardin franco-allemand était parfaite. Il n’y avait pas de plan de table rigide, ceux qui le souhaitaient pouvaient simplement s’allonger sur l’aire de pique-nique avec un verre de vin et écouter la musique qui était proposée. Dès le premier soir, Kenny Garrett était l’un des points forts du programme, mais le pianiste de flamenco Dorantes était également formidable. J’avais certes déjà entendu parler de lui, mais c’était la première fois que je le voyais en direct au LFA.

Le soir, sur la terrasse du Jazz Club du Victor’s Residenzhotel, j’ai abordé Oliver et lui ai proposé de l’aider s’il avait besoin de soutien en matière de presse et de relations publiques. Je ne m’y attendais pas, mais à la fin de l’été, Oliver m’a contacté pour me demander si j’avais envie de rejoindre l’équipe. Et comment ! Pour moi, la collaboration avec le festival est un rêve qui se réalise. J’aimerais partager le plaisir que j’ai à le faire avec vous dans ces pages au cours des prochains mois.